Vous avez probablement tous entendu parler des présentations TED. Ce sont des présentations conférences inspirantes sur des sujets divers, données par des gens ted talk commandite 2d’expérience :https://www.ted.com/

Récemment, nous avons eu la chance au Québec de pouvoir participer aux premiers événements locaux de ce genre. Ce sont des occasions magiques pour être inspiré et acquérir de nouvelles connaissances. Le tout, de manière rapide et amusante. Voici donc 5 trouvailles qui seront fort utiles si vous intervenez dans le milieu de la commandite ou du marketing. N’hésitez surtout pas à nous envoyer d’autres suggestions de conférences disponibles sur le web afin de bonifier cette liste.

1. Seth Godin : This is broken

Godin est un évangéliste du marketing. Il est intéressant de voir à quel point il peut nous faire réfléchir sur le rôle de tout un chacun dans le processus marketing. Il est facile de faire des parallèles entre ses propos et le milieu de la commandite. Tout particulièrement le lien entre l’annonceur et le promoteur. Sa réflexion principale est axée sur les éléments non fonctionnels du partenariat et les raisons pour lesquelles personne ne s’implique pour les changer ou les améliorer.  Ça vous rappelle quelque chose ?

2. Adam Garone: Healthier men, one moustache at a time

Adam Garone est à la base du mouvement Movember (conscientiser la population sur le cancer de la prostate, un des cancers les plus mortels chez les hommes). Il nous explique sa démarche pour redéfinir un projet significatif qui fera du monde un meilleur endroit où vivre. Quels sont les idées et les moyens pour créer une vague qui produira des remous. Une présentation inspirante pour les personnes oeuvrant dans le milieu caritatif et de la santé.

3. Morgan Spurlock: The greatest TED Talk ever soldted talk commandite 3

Une réflexion très humoristique sur les raisons qui amènent certaines corporations à devenir commanditaires. Il est le réalisateur du film : The gratest movie ever sold  qui traite de commandite et d’image de marque. Sa critique du terme « brand » est rafraichissante et fait réfléchir. Sans compter qu’il demeure un compteur humoristique et critique. On le connaît aussi pour son documentaire sur le « fast food ».

4. David Binder: The arts festival revolution

La révolution des dernières années dans le milieu des festivals. Les changements récents qui ont rapproché les participants des artistes en faisant disparaître les scènes. Le tout, vu par les yeux d’un producteur de Broadway qui veut désenclaver le milieu artistique. Il place les bases d’expériences immersives comme changements dans le milieu artistique.

5. Dale Dougherty: We are makers

Nous terminerons cette liste de présentations en honorant les bâtisseurs qui sont derrière la foule de projets, d’association et d’événements que nous croisons tous les jours. Cette présentation est une ode aux gens qui sont des « fabricants » et des « bâtisseurs ». Dale nous fait réaliser de manière convaincante que nous sommes tous des fabricants remplis de talent et d’imagination.

ted talk commandite

Seriez-vous à la recherche d’outils pour maximiser vos investissements en commandites ?

Nous vous invitons à télécharger un de nos livres électroniques :

 

Le guide du parfait commanditaire

Voyage vers une activation de commandite parfaite

La commandite à l’ère du web

– La commandite dans un contexte de BtoB

Nous sommes aussi en mesure de vous supporter avec une série de services adaptés à vos réalités : Session de coaching

Développement d’une approche en stratégie de commandite

Nous vous offrons gratuitement une série d’outils utiles pour les commanditaires Outils de diagnostique annonceur/ commanditaire

Questionnaire d’évaluation

Nous vous invitons à nous contacter si vous avez des questions sur nos solutions : -Liste de services

info@leconciergemarketing.com

514.887.4506

 

Vous êtes-vous déjà posé la question :

quel genre de commanditaire suis-je ?

Êtes-vous un acheteur ou un investisseur ?

Voici quelques éléments de démarche pour vous aider à trouver la réponse :investissement

  • Achetez-vous un inventaire de possibilités de visibilité ou si vous êtes à la recherche d’une relation à long terme ?
  • Vos ententes de commandites sont-elles d’un an ? Ou si elles sont de 3 ans et plus ?
  • Le programme d’activation qui accompagne vos commandites est constitué de combien d’éléments ?
  • Avez-vous des mécaniques d’évaluation de vos commandites ?
  • Trouvez-vous que les promoteurs peuvent en faire plus pour réaliser vos objectifs d’affaires ?
  • La commandite est-elle un mal nécessaire pour vous ?

En répondant honnêtement à ces simples questions, vous saurez dans quelle catégorie vous vous trouvez.

Pourquoi dans un monde idéal tous les annonceurs devraient-ils devenir des investisseurs ?

  • Un investisseur cherche à s’associer à des valeurs, à des passions et non pas à placarder un site de son logo ou vendre son produit à tout le monde.
  • La démarche d’un investisseur est basée sur du long terme, sur une meilleure connaissance de ses valeurs de marque et de sa culture par les participants de la propriété. Il est conscient que les gains les plus productifs se développent sur un horizon de 3 à 10 ans.
  • L’acheteur pousse un message, tandis que l’investisseur veut interagir. Il tient même à mettre sa marque dans les mains des usagers et risquer le tout pour le tout. En étant certain qu’il en émergera des relations plus solides et un endossement de ses valeurs de marque plus durable.
  • L’investisseur cherche une continuité à long terme, il accompagne ses commandites d’un programme d’évaluation étoffé. Il fait l’estimation de la connaissance de sa marque auprès de la clientèle avant et après une opération. Il ne se contente pas de mesurer les ventes sur le site ou le nombre de visiteurs qui sont passés à son kiosque. L’acheteur pousse un message, tandis que l’investisseur veut interagir.  L’investisseur est même prêt à mettre sa marque dans les mains des
    usagers et risquer le tout pour le tout. Il est conscient qu’il en émergera des relations plus solides et un endossement plus fort de ses valeurs de marque.
  • Un investisseur prend les mesures adéquates pour que tous les niveaux de son organisation soient impliqués dans la commandite autant au moment de l’investissement que dans les retombées postévénement.Acheteur investisseur

En résumé, pour un investisseur ce qui est visé, c’est une relation à long terme basé sur des gains communs entre sa marque et la propriété. Ce type d’annonceurs est à la recherche d’éléments qualitatifs qui sont plus difficilement palpables. Ce sont eux qui arrivent à faire des coups d’éclat et produisent des miracles avec leurs commandites.

En terminant, voici quelques grandes marques qui ont cette approche. Dites-nous si leurs programmes vous inspirent ?

  • Red Bull
  • Budweiser
  • Gatorade
  • Nike

Nous vous invitons à télécharger un de nos livres électroniques :

Le guide du parfait commanditaire

Voyage vers une activation de commandite parfaite

La commandite à l’ère du web

Nous sommes aussi en mesure de vous supporter avec une série de services adaptés à vos réalités :

Formation sur mesure

Formation de groupe

Coaching

Consultation

Intervention avec vos propriétés

Je vous invite à me contacter si vous avez des questions sur les solutions que nous pouvons déployer pour vous accompagner :

Stéphane Parent, sparent@leconciergemarketing.com 514-887-4506

Nous remercions M. Patrice Attanasio pour nous avoir permis de publier son texte rédigé pour le blog de l’APCM (février 2014).  Monsieur Attanasio est consultant en communication-marketing et spécialiste en commandite.

Pour un athlète, le rêve olympique est celui de l’aboutissement d’années d’efforts en vue de faire partie de l’élite mondiale du sport que l’on pratique. Seule une infime minorité d’athlètes réussissent à atteindre ce niveau. Pour les autres, ça ne demeure qu’un rêve.

Pour les annonceurs, c’est un peu la même chose. Les Jeux olympiques constituent l’événement le plus médiatisé et le plus suivi au monde, devant laCoupe du monde de soccer, le Super Bowl et les Oscars. Mais, tout comme pour ceux-ci, qui peut se permettre d’annoncer pendant les Olympiques, sans y engloutir tout son budget publicitaire?

Il existe pourtant pour les annonceurs de nombreuses solutions permettant de s’associer aux Olympiques sans y perdre sa chemise. C’est que, contrairement à ces événements, les Olympiques offrent une variété de solutions de commandite pouvant permettre à presque tout type d’annonceur d’y trouver son compte en fonction des budgets disponibles et d’atteindre son propre « rêve olympique ».

Des commandites pour tous les budgets

Le plus important niveau de commandite olympique est évidemment la commandite internationale des Jeux, par le biais du Comité international olympique (CIO). Celle-ci permet à des annonceurs tels que Visa, McDonald’s et Procter & Gamble d’être visible partout à travers le monde et de s’approprier le logo et le nom des Jeux olympiques. Ces commandites ont généré des revenus de plus de 100 millions de dollars po

olympic_logos

ur les seuls Jeux de Londres en 2012. Mais, à elle seule P&G a établi à plus de 500 millions de dollars les retombées de sa commandite olympique (je vous invite d’ailleurs à visionner le superbe message publicitaire créé produit par P&G pour les Jeux de Sotchi : http://bit.ly/1hs1Cgq). Cela dit, quelle compagnie canadienne a réellement les moyens de se payer une campagne d’une telle envergure?

La seconde catégorie est la commandite du comité olympique canadien (COC). Ce niveau de commandite, est plus près des préoccupations desentreprises canadiennes, regroupe des entreprises telles la RBC, Bell et La Baie. Cela permet à ces entreprises de s’associer aux Olympiques uniquement au Canada, par le biais d’un partenariat avec l’équipe olympique canadienne. Un bel exemple d’activation de cette commandite a été réalisé par Bombardier pour Vancouver 2010 :http://bit.ly/LTRnob .

Un troisième niveau consiste à s’associer à une équipe canadienne dans une discipline en particulier, par exemple le snowboard (http://bit.ly/1edI34Z). Ce niveau, de nature plus philanthropique, ne permet pas une grande visibilité durant la tenue des Jeux, mais il permet à l’entreprise de soutenir financièrement le rêve olympique des athlètes et d’utiliser ceux-ci dans leurs campagnes d’activation. Ainsi, la combinaison d’une commandite d’équipe canadienne et d’une campagne de relations publiques peut générer beaucoup de notoriété (et de crédibilité) pour l’annonceur.

Enfin, la commandite d’un athlète en particulier, en plus de financer le développement de cet athlète, peut générer des possibilités d’u

Comité Olympique Canadien

tilisation de celui-ci comme porte-parole publicitaire. On n’a qu’à penser à l’apport d’Alexandre Despatie à la marque McDonald’s (http://bit.ly/1bi9nhN) pour s’en convaincre. Mais il y a aussi des dangers à s’associer à un athlète en particulier. Celui-ci peut offrir une performance en-deçà des attentes ou, pire encore, s’avérer une honte nationale s’il est pris en flagrant délit de dopage ou de tricherie (pensez Ben Johnson).

Par ailleurs, certaines compagnies, et pas les moindres, étirent les règles de l’éthique et font ce qu’on appelle du marketing d’embuscade en produisant pendant les Olympiques des publicités évoquant les Jeux ou le sport sans nécessairement en utiliser l’imagerie ou payer des droits. Il va sans dire que l’on ne devrait pas encourager ce genre de pratique, d’autant plus qu’il y a moyen de s’associer aux Jeux sans débourser une fortune

Une solution accessible et efficace : la commandite média

La commandite qui offre potentiellement le meilleur rapport qualité-prix consiste à s’associer non pas aux Jeux mais à leur télédiffusion. On passe ici de la commandite événementielle à la commandite média. Les « commanditaires » n’ont pas la possibilité d’utiliser le nom ou le logo des Jeux olympiques, mais ils sont tellement omniprésents durant leur télédiffusion que le téléspectateur ne peut faire autrement que de les associer à la tenue des Jeux. De plus ce type d’investissement offre tous les avantages de la commandite traditionnelle, notamment l’exclusivité de catégorie. Par exemple, pour une institution financière, cette approche peut s’avérer payante puisqu’elle permet de joindre, durant une période stratégique (la période des REÉR et des renouvellements d’hypothèques), une clientèle autant (sinon plus) masculine que féminine. Le fait d’être l’annonceur exclusif de la catégorie durant les Jeux et donc de dominer ce créneau (alors que nous sommes généralement inondés de publicités financières durant le mois de février) constitue une opportunité sans pareille.

Cette année en particulier, la commandite de la télédiffusion des Jeux de Sotchi offre des possibilités incomparables. En effet, l’association unique de TVA et de Radio-Canada offre le meilleur de deux mondes, et permet de joindre un amalgame de publics jamais vu auparavant pour ce type d’événement. Une belle façon pour un annonceur de réaliser son rêve olympique à coût raisonnable.

 

image