Au Québec, le rôle des organismes des différents paliers de gouvernement en matière de financement a toujours été important. C’est encore plus criant dans certains domainescomme la culture, le communautaire ou le tourisme. Ajoutez à cela que les différentes sources ont beaucoup diminué. À l’heure où les programmes se resserrent et que la compétition augmente, il devient vital de mieux faire. Voici 7 conseils qui vous permettront d’augmenter vos chances de réussite.

  1. Assurez-vous d’être éligible

Dernièrement, je parlais avec des fonctionnaires provinciaux qui font de l’analyse de demande de subvention. Lors de cette discussion, ce qu’ils m’ont dit m’a étonné : ils refusent un gros pourcentage de demandes, parce qu’elles ne respectent pas les critères de base des programmes. Selon eux, il y a 2 principaux problèmes :

  1. Plusieurs demandes sont faites avec la philosophie : « Je vais m’essayer au cas où ça marcherait ».
  2. Un certain nombre de demandes sont déposées sans même avoir pris le temps de bien lire les critères d’éligibilité.

Il semble que dans certains programmes c’est plus de 50% des demandes qui ne correspondent pas aux critères, ce qui embourbe le système pour rien. De plus, sachant que votre temps est précieux, il faut bien réfléchir avant de faire une demande car c’est un processus lourd, qui consomme du temps et qui n’est pas garanti à 100%. Avant de vous y lancer, assurez-vous d’avoir bien compris les critères et de vous y conformer. Répondez- aux questions. Si ce n’est pas le cas, ne perdez pas votre temps et investissez dans d’autres possibilités de revenus comme la philanthropie ou la commandite (voir autre texte : Faites-vous vraiment la différence entre philanthropie et commandite ?)

Évitez d’essayer d’entrer un cube dans un trou rond …

  1. Soyez dans les temps

La dimension du temps est très importante dans une demande de subvention. Il faut garder en tête qu’il y a une date limite pour la remise des demandes pour la majorité des programmes. Il faut la respecter et gérer le processus en fonction de cette date. Trop souvent, on croise des demandeurs qui font les coins ronds dans leur demande, car ils n’ont pas prévu assez de temps. Ajoutez ceux qui manquent de ressources dans la période de temps alloué. Dans un monde où tout va à 100 à l’heure, le temps joue contre vous.   Les processus étant déjà exigeants, prévoyez assez de temps pour augmenter la qualité de votre demande et ainsi avoir toutes les chances d’être acceptés.

Impossible de procrastiner… c’est trop dangereux !

  1. Faites un « dry run »

Ce conseil s’applique principalement aux demandes en ligne. Nous vous recommandons de faire une première demande « tentative ». Un peu comme si vous remplissiez la demande, mais sans y entrer les informations. Pendant ce processus vous vous assurerez que vous avez l’ensemble de l’information et des documents nécessaires. Prenez des notes sur un document à part au fur et à mesure que vous lisez les questions. Cette analyse vous donnera la chance de ne pas avoir d’informations manquantes ou de formulaires incomplets. Rien de plus frustrant après une heure à remplir une demande, de suspendre un formulaire en ligne, car il vous manque des informations. Cet exercice réduira vos chances d’avoir des cases vides et augmentera celles d’obtenir le financement.

  1. Sauver du temps en ayant certains textes déjà prêts

D’un programme de subvention à l’autre, certaines sections se ressemblent et reviennent

  • La définition de l’organisme et tout ce qui le caractérise
  • L’historique
  • L’équipe de gestion
  • L’offre de service

Assurez-vous que ces parties sont déjà développées. En ayant pris le temps de rédiger ces sections, vous pourrez les utiliser pour différentes demandes. Il ne vous restera qu’à les adapter selon les critères de sélection. Vous sauverez énormément de temps.

  1. Soyez patient

L’attente est souvent la partie la plus difficile. Le processus de décision n’est pas toujours relié au calendrier de réalisation et de mise en place. Combien de fois nous

avons vu des dossiers où les réponses sont arrivées après la réalisation du projet !

Sans compter celles qui arrivent juste quelque temps avant. Ça crée une pression énorme sur les organisations.   Pour compenser, on développe le réflexe de faire suivi sur suivi en espérant faire avancer notre dossier et avoir une réponse, ce qui relève de l’exploit dans bien des cas. Il faut être patient et gérer vos attentes comme si ce financement n’arriverait jamais.

  1. Administrer comme si les réponses étaient négatives

Rien n’est plus décevant que de gérer en fonction d’un montant qu’on pense recevoir et d’obtenir une réponse négative. Même dans les cas de financements annuels, nous avons vu des refus dans les dernières années. L’idée est d’avoir un plan B si votre demande est refusée.

  • Avez-vous une source de financement alternative ?
  • Quels seront les impacts et les risques si le financement est refusé ?
  1. Soyez minutieux dans votre processus de reddition de compte

De plus en plus, les processus de reddition de compte sont complexes. C’est un passage obligé pour le renouvellement des financements. En début de dossier, prenez le temps de bien analyser ce que vous devrez livrer comme indicateurs. Assurez-vous d’avoir mis en place des outils pour obtenir les bonnes mesures. Assurez-vous de faire la collecte de l’ensemble des informations nécessaires à ce qui vous est demandé dans le programme.

Comme c’est devenu de plus en plus complexe d’obtenir du financement, il faut prendre des moyens supplémentaires pour y arriver. À défaut de disposer d’un expert, nous espérons que ces quelques conseils vous aideront à financer votre mission.

Avez-vous besoin d’aide pour augmenter vos revenus pour votre projet ou votre organisation ?

Nous vous invitons à suivre une de nos formations/conférences : -Page de nos formations

Conférence vidéo : Avez-vous ce qu’il faut pour obtenir des commandites ?

Nous vous invitons à télécharger un de nos livres électroniques :

 

Le marketing dans les OBNL

Voyage vers une activation de commandite parfaite

– La commandite à l’ère du web

– La commandite dans un contexte de B2B

Nous sommes aussi en mesure de vous supporter avec une série de services adaptés à vos réalités :

 

Support dans la démarche de recherche de commandites

Session de coaching

Formation sur mesure

Nous vous offrons gratuitement une série d’outils utiles à la recherche de commandite et l’obtention de revenus : Aide mémoire pour multiplier vos ventes

-Matrice de développement d’activations de commandite

-5 étapes pour une OBNL propère

Outil de diagnostic de revenus pour les OBNL

Liste de l’inventaire de l’offre

L’index du plan de commandite efficace

Liste de 140 catégories de commanditaires potentiels

Nous vous invitons à nous contacter si vous avez des questions sur nos solutions : -Liste de services

info@leconciergemarketing.com

514.887.4506

 

 

Le financement et l’augmentation des revenus sont un combat de tous les jours pour une multitude d’OBNL. Voici en quelques lignes un rappel des bonnes pratiques à mettre en place pour bien performer. En suivant cette bonne parole dans les prochains mois, vous verrez la lumière au bout du tunnel.

 

La philanthropie et la commandite sont deux termes qu’on entend régulièrement dans le monde des OBNL et de l’événement. Ces milieux sont caractérisés par des enjeux de financement de plus en plus prenant. Il est essentiel de bien comprendre la différence entre les deux afin de déployer les efforts appropriés dans votre recherche de financement. Trop souvent nous croisons des intervenants qui sont actifs dans la recherche de fonds en pensant chercher de la commandite. La réalité est tout autre, car ils sont dans un mode de financement philanthropique. La résultante est qu’ils n’utilisent pas les bons messages et les bons outils. Lever des fonds est déjà très difficile et cela en décourage plus d’un.

Il faut souligner qu’il y a une multitude de zones grises entre l’application des deux termes de manière pure et que les deux types de financement s’entrecroisent régulièrement.

Commençons par définir les deux termes :

  • Philanthropie : sentiment qui pousse les hommes à venir en aide aux autres; amour de l’humanité avec désintéressement et charité.
  • Commandite : soutien matériel apporté à une manifestation, à une personne, à un produit ou à une organisation en vue d’en retirer un bénéfice publicitaire.

Nous vous proposons 3 axes pour bien différencier les deux termes.

En comprenant les caractéristiques, vous serez à même d’adapter votre approche, vos outils et votre discours pour obtenir de meilleurs résultats. Ces façons de voir vous faciliteront aussi la tâche. Vous serez ainsi mieux outillés pour trouver les bonnes organisations et les bons interlocuteurs afin de les sensibiliser à votre projet ou votre cause.

1.Le cerveau ou le cœur

En recherche de commandite, on parle surtout au cerveau, à l’aspect rationnel d’une personne. Vous allez entendre des réflexions du genre :

Si j’investis 5000$ dans votre projet, combien de nouveaux clients vais-je acquérir ?

Avec un kiosque lors de votre événement combien de personnes vont goûter à mon nouveau produit ?

Les annonceurs/commanditaires doivent justifier leur retour sur investissement. Ils sont très souvent dans une mécanique où ils doivent faire des choix entre média et commandite. C’est une approche où on veut des résultats. La commandite est surtout un outil marketing. On doit pouvoir constater que notre investissement a un impact sur l’atteinte de nos objectifs d’affaires.

En mode philanthropique, on parle au cœur et aux sentiments d’un individu

  • Se sent-il interpellé, touché par une cause ?
  • Est-il concerné directement par l’intervention que vous faites ?
  • Veut-il libérer sa conscience et donner à son prochain ?

Ici on parle de redonner à sa communauté, de partager, d’être un bon citoyen corporatif.

Gardez en tête la zone grise entre les deux : les adeptes du marketing social, qui utilisent les investissements communautaires ou sociaux pour améliorer la perception de leur marque ou de leur organisation.

Comme vous pouvez le voir, il y a une foule de nuances possibles. Il faut donc être préparé et bien connaître votre interlocuteur pour trouver ce qui le touche vraiment

2. Être redevable ou recevoir de manière désintéressée

En commandite le promoteur doit offrir de la valeur à ses annonceurs. Plus il en offrira, meilleures seront ses chances d’aller chercher des investissements importants. Depuis quelques années, on constate que donner de la visibilité traditionnelle ce n’est plus assez (voir notre autre texte : Visibilité – Cessez de placarder vos logos). On doit être créatif pour offrir plus et permettre ainsi l’atteinte des objectifs d’affaires. Cela devient un savant dosage de visibilité, de marketing électronique, de produits d’hospitalité, d’activation et d’éléments intangibles associés aux valeurs de marque pour faire un cocktail de plus en plus complexe.

En philanthropie pure, le don est désintéressé et parfois même anonyme. Quoique cette tendance soit de plus en plus rare, elle illustre bien la nature du concept. Ce qu’on constate par contre, c’est que certains donateurs aiment être reconnus et on doit considérer cet aspect dans notre démarchage. Cet univers reste loin des calculs de retour sur investissement ou de retours sur objectifs. On constate aussi que de plus en plus de donateurs veulent savoir où va leur argent. Ils sont concernés par les résultats engendrés par leurs investissements et à quel point ils font une différence. Ça met de plus en plus de pression sur les processus de reddition de compte et sur la transparence des interventions.

3.Le langage est différent d’un univers à l’autre

Dans les documents philanthropiques, on va utiliser des termes ou des tournures de phrase comme :

  • Aidez-nous …
  • Supportez-nous …
  • Encouragez-nous …
  • Soutenez-nous …

En commandite on vas parler de :

  • Retour sur investissement …
  • D’atteinte d’objectifs d’affaires …
  • De combler les besoins de l’annonceur …
  • De marketing d’alliance …

Comme vous pouvez le constater, la façon de communiquer est différente et illustre bien ce que nous évoquons dans ce texte. En gardant en tête à qui vous vous adressez et quels sont leurs points sensibles, vous serez plus efficaces à les interpeller.

Nous devons confesser l’objectif caché de ce texte : vous permettre d’expliquer pourquoi certaines actions de recherche de commandite ne donnent pas les résultats espérés.

Beaucoup trop d’organisations approchent les commanditaires comme s’ils approchaient des donateurs :

  • Votre offre est limitée en terme d’outils et de portée (vous offrez de la visibilité traditionnelle à 80-100%)
  • Vous n’avez pas de mécanique pour prouver l’atteinte des résultats espérés par les annonceurs
  • Vous n’être pas dans un processus de personnalisation de proposition
  • Finalement, le langage utilisé n’est pas un langage « marketing », mais plutôt une demande de dons

Nous espérons que vous avez pris conscience des différences et que vos prochaines actions envers des commanditaires ou des donateurs potentiels seront influencées par ce texte. Comme toujours nous restons disponibles pour vos questions et nous vous invitons à participer à une de nos formations.

Avez-vous besoin d’aide pour augmenter vos revenus pour votre projet ou votre organisation ?

Nous vous invitons à suivre une de nos formations/conférences : -Page de nos formations

Conférence vidéo : Avez-vous ce qu’il faut pour obtenir des commandites ?

Nous vous invitons à télécharger un de nos livres électroniques :

 

Le marketing dans les OBNL

Voyage vers une activation de commandite parfaite

– La commandite à l’ère du web

– La commandite dans un contexte de B2B

Nous sommes aussi en mesure de vous supporter avec une série de services adaptés à vos réalités :

 

Support dans la démarche de recherche de commandites

Session de coaching

Formation sur mesure

Nous vous offrons gratuitement une série d’outils utiles à la recherche de commandite et l’obtention de revenus : Aide mémoire pour multiplier vos ventes

-Matrice de développement d’activations de commandite

-5 étapes pour une OBNL propère

Outil de diagnostic de revenus pour les OBNL

Liste de l’inventaire de l’offre

L’index du plan de commandite efficace

Liste de 140 catégories de commanditaires potentiels

Nous vous invitons à nous contacter si vous avez des questions sur nos solutions : -Liste de services

info@leconciergemarketing.com

514.887.4506

 

 

On nous demande souvent ce que fait exactement le Concierge Marketing.

C’est très simple, on vous aide à générer plus de revenus dans votre organisation.

Ça veut dire quoi exactement?

Pour le visualiser plus facilement, nous avons décidé de faire une première liste des 10 éléments qui composent nos champs d’interventions. Cela vous illustrera de quelle façon nous pouvons vous aider. Il faut garder en tête que chacun de ces aspects est abordé sous l’axe des revenus. Pour nous, un champ d’expertise est une pratique pour laquelle nous avons développé un savoir-faire et avec laquelle nous pouvons vous aider à aller chercher de nouveaux revenus et maximiser ceux que vous avez déjà.

  1. Commandite

Le terme commandite est associé très souvent aux revenus dans le milieu pluriel et événementiel. Pour plusieurs c’est naturel que des annonceurs soient intéressés aux projets et aux missions de vos organisations. Ce n’est pas toujours le cas et le marché devient de plus en plus difficile, sans compter l’apparition d’une foule de nouveaux demandeurs. Votre organisation a-t-elle ce qu’il faut pour aller chercher des commanditaires ? Nous vous invitons à visionner une conférence vidéo que nous avons donnée sur le sujet.

  1. Création de contenu

Avec l’augmentation de l’importance donnée aux médias sociaux et au marketing électronique, la création de contenu est devenue un enjeu de plus en plus criant dans bon nombre d’entités. Il y a donc une place à prendre pour vos organisations de manière à ce qu’elles deviennent créatrices de contenu. Ce qui lui permettra d’engranger de nouveaux revenus en commercialisant ce contenu (Voir : 5 astuces pour faire de votre stratégie de contenu une source de revenus).

  1. Billetterie électronique

La gestion d’inscription s’est modernisée de manière fulgurante depuis quelques années. Par contre, on trouve encore une vaste majorité d’organisations qui utilisent encore des billets papier. Bien peu ont des plateformes de payements en ligne.   Pourtant, en les utilisant vous augmenterez les ventes, diminuerez les risques et surtout ferez un énorme gain en efficacité  (voir : Billetterie électronique, 7 raisons pour ne plus vous en passer).

  1. Connaissance de la clientèle

Ici on attaque le point le plus sensible et le plus problématique de bien des OBNL : le manque de connaissance de leurs clients. Le premier constat que nous faisons dans l’ensemble de nos interventions, c’est que les gestionnaires n’ont pas de données complètes sur leurs différentes clientèles (interne et externe). Il est donc difficile de bien les servir, de bien communiquer et d’avoir une offre de produits et services qui leur convient. (Voir : Connaissez-vous vos clients ?).

  1. Sociofinancement

On le dit depuis longtemps, la technologie nous ouvre plein de possibilités. Quel que soit la nomenclature, le socio- financement nous offre de nouvelles façons de pouvoir aller chercher de gros montants en rassemblant de petites donations ou de petits achats. (Voir : Le financement collaboratif ou participatif – « crowdfunding » – ou comment obtenir de nouvelles sources de revenus).

  1. Création de produits

On ne se pose pas assez de questions avant de déployer un service, un produit, ou un nouvel événement. En manquant de réflexion et de profondeur, on se cause souvent bien du tort. Il faut donc déployer une énergie supplémentaire pour que les clients achètent ou participent. Un produit adapté est la finalité de plusieurs aspects : une bonne connaissance de sa clientèle, une stratégie adéquate et un bon plan de commercialisation.

  1. Tarification à paliers multiples

Il est dangereux d’offrir un seul tarif pour un produit, un service ou un événement. On manque de belles opportunités en omettant d’aller chercher des revenus supplémentaires chez ceux qui sont prêts à payer plus. Faites attention ici, il faut quand même en offrir plus et créer de la valeur pour être mesure d’offrir différents paliers tarifaires. Profiter de l’effet VIP pour améliorer votre situation financière.

  1. Stratégie de commercialisation

C’est tellement commun de croiser des organisations qui gèrent leur commercialisation, leurs communications et leur marketing à la petite semaine, sans vision globale et à long terme. Cela entraine un rythme irrégulier dans les échanges. Sans compter qu’ils ne sont pas en mesure d’optimiser leurs présences médias. Être stratégique ça permet aussi de se doter d’un axe éditorial à l’intérieur duquel on détermine de quoi on va parler et comment on va le faire.

  1. Commercialisation événementielle

2017 apporte sont lot de nouveautés et de façons de faire. Si vos revenus dépendent en partie ou en majorité d’événements, vous devriez vous mettre à la page. Ayez plus de participants en intégrant la création d’événements attractifs qui sortent de l’ordinaire. Utilisez les médias sociaux et variez vos formules pour avoir plus de participants. Plus de gens présents, c’est plus de revenus et c’est plus intéressant pour les commanditaires

  1. Commercialisation conjointe et élaboration de forfaits

Les mousquetaires l’ont toujours dit : l’union fait la force. On mettant en place des forfaits avec des promoteurs œuvrant dans des milieux connexes, vous irez chercher des revenus supplémentaires. De plus, ça vous ouvrira aussi de nouveaux réseaux de commercialisation à l’intérieur desquels vous ferez parler de vous.

Comme nous venons de l’illustrer, il y a fort à faire pour aller chercher plus d’entrées d’argent. De plus, contactez-nous pour vous aider à mettre en place des initiatives qui vous semble le plus adaptées pour votre organisation.

Avez-vous besoin d’aide pour augmenter vos revenus pour votre projet ou votre organisation ?

Nous vous invitons à suivre une de nos formations/conférences : -Page de nos formations

Conférence vidéo : Avez-vous ce qu’il faut pour obtenir des commandites ?

Nous vous invitons à télécharger un de nos livres électroniques :

 

Voyage vers une activation de commandite parfaite

– La commandite à l’ère du web – La commandite dans un contexte de B2B

Nous sommes aussi en mesure de vous supporter avec une série de services adaptés à vos réalités :

 

Support dans la démarche de recherche de commandites

Session de coaching

Formation sur mesure

Nous vous offrons gratuitement une série d’outils utiles à la recherche de commandite et l’obtention de revenus : -Matrice de développement d’activations de commandite

Outil de diagnostic de revenus pour les OBNL

Liste de l’inventaire de l’offre

L’index du plan de commandite efficace

Liste de 140 catégories de commanditaires potentiels

Nous vous invitons à nous contacter si vous avez des questions sur nos solutions : -Liste de services

info@leconciergemarketing.com

514.887.4506

 

 

On arrive à la période de l’année où on se doit d’orienter les actions des 12 prochains mois. C’est aussi le temps pour nous de vous aider à faire croître votre organisation pour l’année qui vient.   Certains d’entre vous le savent déjà, mais le Concierge Marketing ce n’est pas juste une expertise en commandite. Nous avons développé un savoir-faire dans l’ensemble des sphères qui touchent aux revenus d’une organisation. À la lumière de cette expertise nous entrevoyons 6 tendances de fond qui nous l’espérons, se répandront en 2017. Si vous cherchez plus d’informations ou avez des questions, nous sommes à proximité pour vous aider.

1.Vente électronique

Il est terminé le temps des billets en papier. La démocratisation des billetteries en ligne a beaucoup facilité l’accès à ces outils de vente. Je vous invite à lire un autre de nos textes où nous expliquons l’ensemble des avantages de travailler avec cette nouvelle façon de faire (Billetterie électronique, 7 raisons pour ne plus vous en passer). Il est devenu aussi de plus en plus facile de vendre vos autres produits et services en ligne. Que ce soit des produits dérivés ou un livre électronique, ce sera la norme d’ici quelques années de voir des organisations se doter de boutique en ligne.

2.Tarification à paliers multiples

Terminée l’époque où c’est le même prix pour tout le monde. Dans un contexte où les ressources financières sont de plus en plus difficiles à trouver, il devient important de maximiser les revenus. En ayant une tarification à paliers, vous pourrez ainsi aller chercher des revenus supplémentaires en offrant des services ou privilèges additionnels. Ce n’est pas un phénomène nécessairement nouveau, mais on va le voir de plus en plus se répandre. La tarification à forfaits multiples peut prendre différentes formes : des billets privilèges dans des gradins pour un festival ou un abonnement avec différents empâtements de service. L’important est d’offrir de la valeur supplémentaire et d’avoir une gradation logique et structurée pour les paliers supérieurs d’achat. N’oubliez pas de valider vos tarifications dans des processus organisés de consultation et de connaissance client.

3.Solution aux enjeux de contenu

Avec l’augmentation de l’importance des médias sociaux et l’utilisation de plus en plus répandue de stratégies de marketing de contenu, on voit apparaître différents enjeux reliés au contenu électronique. Les annonceurs ont de plus en plus besoin de nouvelles opportunités pour converser avec leurs clientèles cibles. Capsule vidéo, texte, livre électronique, visite et autres éléments sont en demande plus que jamais. Les OBNL ont un rôle à jouer pour combler ces besoins en contenu, qui peuvent devenir des opportunités de revenus supplémentaires. En 2016 nous avons écrit un texte qui en démontre le potentiel et nous sommes certains que le phénomène ira en se propageant en 2017  (5 astuces pour faire de votre stratégie de contenu une source de revenus).

4.La commandite à l’ère du sur mesure et de la profondeur

Ça fait déjà quelques années que nous le disons : on annonce la mort proche du plan de commandite uniforme à niveaux (platine, argent, bronze) avec le fichier Excel de visibilité qui l’accompagne. Premièrement les annonceurs veulent plus que juste de la visibilité. Il faut maintenant prévoir d’autres privilèges comme des activations, des éléments de marketing électronique et la création de produits d’hospitalité. En plus de vouloir une formule personnalisée, ils veulent une preuve des résultats que nous leur promettons. En 2017, les gestionnaires à la recherche de partenaires doivent aller chercher à l’extérieur les outils et le savoir-faire car dans bien des cas ils n’ont pas l’expertise nécessaire.

5.Révision stratégique

En 2017, pour avoir du succès dans le milieu pluriel il faudra être à jour dans son processus de réflexion stratégique. Avec les différents défis et enjeux, il devient de plus en plus évident qu’on doit s’être questionné sur son rôle et sa place en tant qu’organisation. Mettre à jour sa mission, sa vision, ses valeurs et son plan stratégique n’est plus un luxe. Il est très fréquent de voir que parmi les OBNL qui sont en difficultés, la majorité n’on pas fait ce chantier dans les 5 dernières années.

(Voir notre texte : OSBL et la stratégie – un mal nécessaire)

 6.Amélioration de la connaissance de la clientèle

La dernière tendance nous ramène aux fondements de toute organisation. Pour augmenter ses revenus, il faut bien connaître sa clientèle. Je suis constamment surpris de voir à quel point les organisations n’en savent pas assez sur leurs membres et leur clientèle. Il faut absolument que ça change. Nous pouvons même dire que c’est vital.

C’est peut-être le 7e élément de notre liste, mais c’est la première chose dans laquelle il faut investir. En 2017, il faudrait que vous soyez en mesure de répondre aux questions suivantes :

  • Qui sont-ils ?
  • D’où viennent-ils ?
  • Quels sont leurs comportements d’achat ?
  • Quels sont leurs enjeux ?
  • Lors des événements, quelle est leur cellule de visite ?
  • Pour quelles raisons vous quittent-ils?

Je vous invite à lire 2 autres textes qui vous fourniront plus d’aide :

En conclusion, 2017 sera une année remplie de défis dans la gestion et la croissance de votre organisation. Nous serons à vos côtés si vous avez des questions ou des besoins et il est souhaitable que ce soit une année charnière dans la progression de votre mission.

Avez-vous besoin d’aide pour augmenter vos revenus pour votre projet ou votre organisation ?

Nous vous invitons à suivre une de nos formations/conférences : -Page de nos formations

Conférence vidéo : Avez-vous ce qu’il faut pour obtenir des commandites ?

Nous vous invitons à télécharger un de nos livres électroniques :

 

Voyage vers une activation de commandite parfaite

– La commandite à l’ère du web – La commandite dans un contexte de B2B

Nous sommes aussi en mesure de vous supporter avec une série de services adaptés à vos réalités :

 

Support dans la démarche de recherche de commandites

Session de coaching

Formation sur mesure

Nous vous offrons gratuitement une série d’outils utiles à la recherche de commandite et l’obtention de revenus : -Matrice de développement d’activations de commandite

Outil de diagnostic de revenus pour les OBNL

Liste de l’inventaire de l’offre

L’index du plan de commandite efficace

Liste de 140 catégories de commanditaires potentiels

Nous vous invitons à nous contacter si vous avez des questions sur nos solutions : -Liste de services

info@leconciergemarketing.com

514.887.4506

 

L’événementiel est un milieu immense. L’offre devient de plus en plus grande. Il est impressionnant de voir le nombre d’organisations qui utilisent des événementsbilletterie-electronique comme outils pour atteindre les buts de leur mission :

  • Bonifier l’offre à leur clientèle
  • Financer leurs activités
  • Offrir de la formation
  • Mettre en place des occasions de réseautage
  • Et une foule d’autres raisons

C’est pourtant impressionnant de voir que si peu de ces organisations utilisent une billetterie électronique. On voit encore régulièrement des billets imprimés, distribués de main en main et payés comptant.

Il est fréquent de rencontrer différents problèmes avec ce type de billets :

  • Perte de temps à gérer le paiement et la livraison des billets
  • Fraude avec certaines sommes gérées en argent comptant
  • Duplication des billets
  • Perte du billet par un participant
  • Et j’en passe ….

Au-delà de ces différentes réalités, voici plusieurs autres raisons pour passer à ce type d’outil de vente.

Dans le cas ou vous auriez des doutes ou n’êtes pas certain de quelle façon procéder, contactez-nous, il nous fera plaisir de vous aider. Depuis déjà plusieurs années nous accompagnons des promoteurs dans la maximisation de leurs revenus et l’utilisation d’une billetterie électronique fait partie des éléments de succès de nos clients

1- Créer un effet positif sur vos liquidités

Le fameux « cash flow » est souvent très problématique. C’est un concept de gestion primordial pour la majorité des organisations et des promoteurs. La billetterie peut vous permettre d’encaisser de l’argent dès l’ouverture des ventes. Pas de collecte à planifier. Vous récolterez plus d’argent en prévente, car le processus est simplifié et plus accessible. Vous aurez donc des dollars dans vos coffres dès les débuts. Sans compter que selon les modalités d’annulation que vous mettrez en place, les gens ayant acheté un billet (surtout de dernières minutes) mais ne s’étant pas présentés, laissent leurs fonds dans votre compte.

2- Réduire les complications

Avec une billetterie il n’y a plus d’arrangements à prendre pour que les gens viennent chercher leurs billets ou pour encaisser les paiements. Plus besoin de petite billetterie-electronique-3caisse.

La transaction est tellement simple : on clic sur le billet de notre choix, on remplit le formulaire, on paie avec une carte de crédit ou un compte PayPal et on reçoit le billet par courriel avec la facture. On peut garder une copie électronique dans notre boite de messagerie. Plusieurs billetteries offrent une application avec un lecteur de code QR. Les gens n’ont même plus à avoir leur billet papier lors de l’événement. Ils vous montrent leur téléphone, vous « scanner » le code et vous avez l’information sur le participant. Vous voulez une liste à jour de tous les participants, exportez un rapport et c’est fait !

3- Saisie de données

Lorsqu’un acheteur effectue sa transaction, il doit habituellement remplir un formulaire ou créer un compte. Ce formulaire constitue une magnifique occasion pour saisir de l’information sur lui et ses habitudes et ainsi améliorer votre connaissance des participants. Au lieu de garder vos questions pour votre questionnaire d’après événement, vous pouvez les inclure lors de la transaction. Vous n’aurez donc plus d’excuses pour ne pas connaître qui sont vos clients (voir le texte : Les données psychographiques, un élément clé dans une proposition de commandite). Avec le concept de consentement implicite dans la loi c28, vous avez même la permission de communiquer avec les acheteurs pour leur faire des offres supplémentaires.

4- Accessibilité

Les gens intéressés par votre événement peuvent acheter des billets n’importe où et n’importe quand. Plusieurs outils offrent une application mobile qui sert à la fois aux acheteurs et aux vendeurs. Un participant a donc moins de chance de remettre à plus tard son achat. Ça diminue aussi le risque d’oubli. Donc une plus grande quantité de billets vendus.

5- Créer de la valeur supplémentaire

Le billet électronique (majoritairement envoyé par courriel) est une magnifique occasion d’offrir de la valeur supplémentaire à l’achat. Que ce soit pour les partenaires ou pour des activités et services complémentaires vous avez un support idéal pour le faire.

Voici quelques exemples :

  • Offrir des forfaits dans les restaurants ou hôtels de la région lors de l’achat d’un billet de spectacle ou de festival
  • Avoir une offre commerciale d’un commanditaire (réduction, 2 pour 1, …)
  • Offrir un lien vers une pièce ou un ouvrage artistique (mp3, reproduction visuelle, vidéo des artistes en prestation)
  • Avoir des liens vers les sites internet des partenaires

6- Rapidité d’information

Comme beaucoup d’outils électroniques, l’information est disponible en un clin d’œil. Rapidement on peut avoir les informations pour adapter notre stratégie ou pourbilletterie-electronique-2 améliorer notre commercialisation.

Par exemple :

  1. Les acheteurs viennent d’où ?
  2. Ont-ils acheté leur billet suite à votre dernière infolettre ou après une publication sur Facebook ?
  3. Ils ont acheté les billets en paire, en trio, ou un seul à la fois ?

Avec seulement ces 3 exemples, il est facile de démontrer à quel point on peut améliorer nos actions pour être plus performants. Vous pourrez réagir rapidement et aller chercher plus de ventes. Je vous dirais même que les plateformes de billetterie électronique produisent trop de statistiques et de données. Il est facile de s’y perdre et de ne pas considérer les bons chiffres.

7- Moins de fraude ou de vol

Il est fréquent de rencontrer des gestionnaires d’organisation qui ont des histoires d’horreur à raconter sur la gestion de billets traditionnels. Vols d’argent comptant, falsification ou duplication de billets. Les outils électroniques ne sont pas infaillibles à 100% mais ils vous permettront de diminuer énormément les risques et les pertes. Il est très difficile de dupliquer un billet qui comporte un numéro de transaction et un code QR unique. Sans compter que s’il y a contestation, il y a un dossier client auquel vous avez accès et vous pouvez facilement valider en cas de problème.

Après la lecture de ce texte, nous espérons que vous allez courir à vos ordinateurs et vous doter d’un outil de ce genre. Pour plusieurs ça parait coûteux. Quand on ajoute le pourcentage de frais de gestion au pourcentage des frais de carte de crédit, on peut atteindre près de 8 à 10% du prix du billet. Par contre ça devient rapidement un investissement quand on regarde l’ensemble des avantages et des outils de travail qui sont offerts. N’oubliez pas que certaines de ces plateformes sont sans frais pour les événements gratuits. La technologie existe, elle nous facilite la vie et il ne nous reste qu’en nous en servir. Nous espérons que vous ferez le grand saut. Si vous avez besoin d’aide nous sommes là pour vous.

bouton-osbl

Avez-vous besoin d’aide pour augmenter vos revenus pour votre projet ou votre organisation ?

Nous vous invitons à suivre une de nos formations/conférences : -Page de nos formations

Conférence vidéo : Avez-vous ce qu’il faut pour obtenir des commandites ?

Nous vous invitons à télécharger un de nos livres électroniques :

 

Voyage vers une activation de commandite parfaite

– La commandite à l’ère du web – La commandite dans un contexte de B2B

Nous sommes aussi en mesure de vous supporter avec une série de services adaptés à vos réalités :

 

Support dans la démarche de recherche de commandites

Session de coaching

Formation sur mesure

Nous vous offrons gratuitement une série d’outils utiles à la recherche de commandite et l’obtention de revenus : -Matrice de développement d’activations de commandite

Outil de diagnostic de revenus pour les OBNL

Liste de l’inventaire de l’offre

L’index du plan de commandite efficace

Liste de 140 catégories de commanditaires potentiels

Nous vous invitons à nous contacter si vous avez des questions sur nos solutions : -Liste de services

info@leconciergemarketing.com

514.887.4506

 

 

 

La majorité des organisations avec lesquelles nous travaillons chez Le Concierge Marketing, doivent vendre plusieurs produits et services : vente-interne-externeévénements, services aux membres, commandites, kiosques, billets …

Par contre, bien peu d’entre elles ont réussi à se doter d’une équipe de vente efficace et rentable.

L’objectif de ce texte est de vous faire découvrir les deux possibilités qui existent pour une telle force de vente. Chaque scénario offre son lot d’avantages et d’inconvénients. Pour faire le bon choix, il faut prendre en considération plusieurs paramètres. On doit aussi intégrer le tout dans la culture et le contexte propres à l’organisation. Nous sommes disponibles pour vous aider à trouver le meilleur modèle et à l’implanter. N’hésitez pas à nous consulter. 

Voici les deux structures de vente :

  • Les ventes qui s’effectuent par une organisation externe
  • Les ventes qui s’effectuent par du personnel à l’interne

Ventes à l’externe

Nous commençons par ce modèle d’affaires, car c’est actuellement le moins répandu. Par contre, on le croise plus fréquemment depuis quelques années.

Explications : les ventes à l’externe sont caractérisées par une organisation qui fait appel à une autre organisation (mandataire) ou à des contractuels non salariés pour prendre en charge ses activités de vente. Habituellement les « vendeurs » ont plusieurs clients et ils sont situés hors des locaux de l’organisation.

Caractéristiques positives :

  • Permet d’avoir une force de vente même avec des ressources limitées.
  • Permet une certaine flexibilité. Les mandats peuvent être à temps plein ou partiel selon les besoins.
  • Permet d’aller chercher des expertises spécifiques comme la vente de kiosque ou de commandites.
  • Permet d’aller chercher une expertise spécialisée dans certains domaines précis. Souvent difficile à acquérir à l’interne.
  • Permet d’utiliser les outils et l’expertise de spécialistes de la vente.
  • Permet de rapidement déployer des représentants dans un réseau spécifique à condition que le mandataire possède le réseau de contacts pour le faire.
  • Permet d’impartir la fonction vente qui est souvent perçue comme un irritant par plusieurs directions générales. Pour plusieurs organisations, les ventes sont un mal nécessaire et ne font pas partie de la mission de l’organisation.

Caractéristiques négatives :

  • L’expertise appartient à une organisation externe et on la perd s’il y a rupture de contrat.
  • Le réseau de contacts est développé par le mandataire et le client passe souvent à côté de belles opportunités.
  • On n’a pas complètement le contrôle sur le personnel, les messages et ce qui est présenté à nos clients potentiels.
  • Comme on utilise un intermédiaire, toute décision ou engagement doivent être validés par le client. Ça cause des délais et ça peut même créer des irritants.
  • Le mandataire n’a pas le contrôle sur les produits et services.   Il ne peut pas les adapter facilement et rapidement pour remplir les besoins particuliers des clients.
  • Sur la base d’une vente unitaire, les coûts sont souvent plus élevés.   N’oubliez pas que le mandataire doit se garder une marge de profits.
  • L’organisation est souvent un client parmi d’autres. Si vous n’êtes pas le plus payant, on va peut-être moins bien développer vos produits et vous passerez deuxième.  
  • Pour toutes sortes de raisons, il est possible que le client soit négligeant ou ne livre pas ce qui est entendu. Dans des cas du genre, la qualité de la vente est affectée. Ce qui a des effets sur la relation entre le mandataire et les clients. Ça complique donc la relation.

Ventes à l’interne 

C’est la forme d’équipe de vente la plus répandue. Ici, ce sont des employés de l’organisation qui prennent en charge les différentes tâches de vente et de développement d’affaires. Il y a des cas ou des gens y sont dédiés à temps plein et d’autres cas ou les tâches de vente viennent s’ajouter aux autres responsabilités. 

Caractéristiques  positives:

Vous avez le contrôle sur l’ensemble du processus et vous êtes en mesure de choisir qui vous représente et ce qui sera dit.

  • vente-interne-externe-2À partir d’un certain volume de vente potentielle, une infrastructure de vente est moins coûteuse qu’à l’externe.
  • Vous développez une expertise essentielle et vitale pour votre organisation qui deviendra un actif. Ça peut aussi être un avantage compétitif dans un environnement de plus en plus difficile.
  • Vous avez le pouls direct du marché et êtes en mesure d’adapter rapidement et efficacement votre offre selon les demandes des clients
  • Vous bénéficiez du fait que votre industrie vous connaît. Les annonceurs veulent parler aux décideurs. Être représenté par un intermédiairepeut devenir problématique dans certains milieux.
  • Vous, comme vos employés, êtes des passionnés de votre projet et ça influence les résultats des ventes. Cette énergie étant contagieuse, le succès sera à votre portée. Pour les clients, il est important de savoir qu’il n’y a pas que l’argent qui vous importe et que la mission de l’organisation anime le personnel de vente.
  • Vous réussirez à convaincre un client potentiel juste par votre énergie et votre conviction.
  • Aucun intermédiaire n’aura autant d’informations et de maitrise des enjeux de votre organisation et du marché qu’une personne à l’interne.

Caractéristiques négatives :

  • C’est un processus long et prenant de développer une culture commerciale.
  • Si on investit dans les mauvaises personnes ça peut devenir coûteux.   On peut se retrouver dans une situation délicate dans le cas du départ de l’employé.
  • Le cycle d’apprentissage de vente est long et il est dangereux de combiner des responsabilités qui ne sont pas compatibles. Nous voyons régulièrement des gens d’événementiel et de communication avec des responsabilités de vente et pourtant ce sont des profils d’emploi complètement différents.
  • Ça prend de l’expertise pour le faire et ce n’est pas donné à tous.
  • Il faut aussi une bonne supervision et un encadrement pour motiver et superviser les vendeurs.
  • Il faut être ouvert à une culture commerciale au sein de l’organisation et à faire certains compromis sur la mission pour accommoder les clients.
  • Il peut paraître compliqué de mettre en place les outils de vente comme les logiciels de relations clients.

Caractéristiques du modèle hybride

Il existe des organisations qui se dotent d’un modèle hydride. Ce qui implique qu’elles font des ventes à l’interne et que certaines fonctions sont imparties à l’externe. Ce modèle est souvent mis de l’avant pour une organisation qui a des projets spécifiques comme un salon ou un congrès hors programmation. L’organisation fait les ventes régulières et une force de vente externe est engagée pour commercialiser un projet spécial. Plusieurs associations professionnelles sont aussi conçues de manière hybride. Force de vente interne pour les produits réguliers et externe pour les produits médiatiques (très souvent un magazine).

L’objectif principal de ce texte est de vous présenter les différentes possibilités qui s’offrent à vous. Comme vous l’aurez constaté il y a une foule de facteurs à prendre en considération. Faire le choix de la structure de vente n’est pas à prendre à la légère. Il y a des éléments que nous avons peu développés dans ce texte : c’est le lien entre le mode de gestion des ventes et l’offre de vente. Ce que vous avez à vendre est peut être le facteur le plus significatif dans ce choix. Si vous êtes intrigué ou si vous avez des questions n’hésitez pas à nous contacter.

Voici deux autres textes qui vous en diront plus sur la dynamique de la vente dans les organisations de type OBNL

À la recherche d’un vendeur pour vos commandites ?

Super héros demandé ! En recherche de commandite les super héros ça n’existe pas !

bouton-osbl

 

 

 

 

Avez-vous besoin d’aide pour augmenter vos revenus pour votre projet ou votre organisation ?

Nous vous invitons à suivre une de nos formations/conférences : -Page de nos formations

Conférence vidéo : Avez-vous ce qu’il faut pour obtenir des commandites ?

Nous vous invitons à télécharger un de nos livres électroniques :

 

Voyage vers une activation de commandite parfaite

– La commandite à l’ère du web – La commandite dans un contexte de B2B

Nous sommes aussi en mesure de vous supporter avec une série de services adaptés à vos réalités :

 

Support dans la démarche de recherche de commandites

Session de coaching

Formation sur mesure

Nous vous offrons gratuitement une série d’outils utiles à la recherche de commandite et l’obtention de revenus : -Matrice de développement d’activations de commandite

Outil de diagnostic de revenus pour les OBNL

Liste de l’inventaire de l’offre

L’index du plan de commandite efficace

Liste de 140 catégories de commanditaires potentiels

Nous vous invitons à nous contacter si vous avez des questions sur nos solutions : -Liste de services

info@leconciergemarketing.com

514.887.4506

 

  • Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi Apple pouvait se permettre de demander autant pour ses produits ?marque-et-revenus-2
  • Ou pourquoi les voitures BMW sont aussi dispendieuses ?
  • Et quelles sont les raisons qui permettent à Louis Vuitton d’exiger un prix aussi élevé pour ses bagages ?

La réponse est très simple : c’est parce que nous croyons qu’ils en valent la peine.

  • Que se passe-t-il dans notre esprit pour être prêt à débourser 1000$ pour une valise ou un téléphone mobile ?
  • Pourquoi sommes-nous d’accord d’investir autant de ressources dans un seul bien ?
  • Comment ces organisations sont-elles arrivées à bâtir des marques aussi fortes ?

Ces quelques exemples nous démontrent bien qu’un travail de fond effectué sur la marque donne des résultats et permet d’augmenter les entrées d’argent. Nous allons tenter de prendre certains des éléments de succès de ces exemples pour les appliquer au milieu des organisations au Québec, plus précisément aux OBNL. 

Posez-vous la question : la marque de mon organisation est-elle assez forte pour que ça influence les gens à acheter ses produits ou ses services ?

Quelle est votre réponse ?

Si c’est oui, et bien je vous dis bravo et envoyez-nous un petit résumé de vos exploits que je puisse en parler dans mes formations.

Par contre si la réponse est non, nous devrions regarder ensemble comment faire pour aller chercher cette influence positive et bâtir une organisation avec plus de rayonnement. Il en résultera un meilleur positionnement dans l’échiquier actuel.

Votre organisation est-elle développée pour appuyer une marque forte ?

Prenons quelques instants pour explorer quels sont les éléments qui composent une marque dans le milieu des OBNL :

  • Son nom
  • Ses locaux (surtout si une partie des activités et services sont offerts dans ses locaux)
  • Son identité visuelle (logo, couleurs corporatives, lettrage …)
  • Ses valeurs (quand on pense à votre organisation quels sont les références et les éléments d’identification qui surgissent dans la tête des gens ?)
  • Son expérience client (Est-elle constante, positive ou encore exceptionnelle?)

Tous ces éléments importants et quelques autres contribuent à créer la perception que les gens ont de votre organisation – Ça résume le concept de la marque.

Ce sentiment varie selon chaque personne en fonction de ses expériences et de ses références.

Pour maximiser vos revenus, vous devez donc avoir un bassin de clients qui ont une perception de votre organisation plus que positive. 

Voici quelques éléments pour améliorer l’effet du concept de marque sur votre organisation :

Votre marque doit être stratégique  

Est-il facile de connaître l’essence de votre organisation ?marque-et-revenus-3

Assurez-vous qu’elle transmette de façon générale les éléments de base du concept de stratégie dans une organisation : sa mission, sa vision et ses valeurs.

Plus ces éléments seront clairs et mis de l’avant et plus la marque sera forte dans la tête de vos clients. Pensez à nos exemples de début de texte. Je suis certain qu’il y a des liens qui se forment dans votre esprit.

Apple par exemple est synonyme de fiabilité et de design moderne.

Quant à Louis Vuitton, la marque représente la durabilité et la mode intemporelle.

Votre marque doit être en lien avec les éléments de référence de votre clientèle 

Parlez le même langage qu’eux et ayez les mêmes éléments de référence.

Pour ça il vous faut savoir qui ils sont.

(Voir un autre texte de blogue : Connaissez-vous vos clients ?)

Finalement une marque forte c’est une marque qu’on connait et reconnait.

Prenez le temps de la développer dès le début. Si vous prenez en charge une nouvelle organisation faites un audit de votre marque. Si les résultats ne sont pas très encourageants il vous faudra travailler sur ces aspects.   Cela aura une influence directe sur vos revenus, la fréquentation de vos services et le nombre de vos membres.

Même pour une organisation qui va bien, il est important de s’interroger. Il faut remettre en question sporadiquement les éléments de marquemarque-et-revenus

  • Comment les membres et les différentes clientèles perçoivent-ils votre organisation ?
  • Quelles sont leurs impressions et leur opinons sur votre organisation ?

C’est un travail constant qui doit être ajusté pour optimiser les opérations de communication et de marketing.

En résumé, une marque forte aide à approcher de nouveaux clients et de nouveaux membres tout en ouvrant les portes à des annonceurs potentiels. J’espère que vous avez aussi compris qu’une marque ça se bâtit action après action et que ça reste fragile. Une seule crise mal gérée peut facilement démolir des années d’efforts. Restez vigilant et soyez conscient que chaque action peut entrainer une répercussion dans la tête de vos clients et changer leurs perceptions.

Au final, vous devez les convaincre de dépenser chez vous !!

bouton-osbl

 

Avez-vous besoin d’aide pour augmenter vos revenus pour votre projet ou votre organisation ?

Nous vous invitons à suivre une de nos formations/conférences : -Page de nos formations

Conférence vidéo : Avez-vous ce qu’il faut pour obtenir des commandites ?

Nous vous invitons à télécharger un de nos livres électroniques :

 

Voyage vers une activation de commandite parfaite

– La commandite à l’ère du web – La commandite dans un contexte de B2B

Nous sommes aussi en mesure de vous supporter avec une série de services adaptés à vos réalités :

 

Support dans la démarche de recherche de commandites

Session de coaching

Formation sur mesure

Nous vous offrons gratuitement une série d’outils utiles à la recherche de commandite et l’obtention de revenus: -Matrice de développement d’activations de commandite

Outil de diagnostic de revenus pour les OBNL

Liste de l’inventaire de l’offre

L’index du plan de commandite efficace

Liste de 140 catégories de commanditaires potentiels

Nous vous invitons à nous contacter si vous avez des questions sur nos solutions : Liste de services

info@leconciergemarketing.com

514.887.4506

 

 

 

Que vous soyez gestionnaire d’une association ou propriétaire d’une PME, voici deux techniques sous-utilisées pour faire croître vos revenus. Il est important de préciser que ces techniques ne nécessitent aucun investissement en acquisition de nouvelle clientèle.

Ventes croisées – cross sell

Premièrement, expliquons le concept :

La vente croisée implique que vous vendez des produits ou des services qui se complètent.

Par exemple, lors d’un achat, vous offrez un deuxième produit qui est nécessaire au bon fonctionnement du premier ou qui se consomme avec.hausse-de-revenus

On favorisera l’achat du second produit en mettant en place une offre promotionnelle : une réduction ou une offre 2 pour 1 …

Voici des exemples concrets :

Lors de l’achat d’un billet d’événement, offrez le stationnement que vous aurez prénégocié avec le locateur de la salle.

Lors de l’inscription à une journée de formation, offrez la journée-conférence suivante à 25% de rabais.

Lors d’une participation à un souper spaghetti offrez un billet  »premium » avec des participations au moitié-moitié déjà incluses.

L’efficacité des ventes croisées est expliquée par le principe qu’il est toujours plus payant de vendre à un client existant que d’aller en chercher un nouveau. Pour maximiser les résultats de cette technique, il faut avoir des produits et des offres qui sont connectées et offrir des incitatifs intéressants et adaptés.

 

Vente bonifiée – up sell (aussi appeler : montée en gamme)

Dans ce concept on prend un produit de base et on le vend en y ajoutant de la valeur.

On peut aussi augmenter la qualité ou bonifier le contenu moyennant des montants supplémentaires. En opposition à la vente croisée, il n’est pas question de vendre un deuxième ou un troisième produit, mais plutôt différentes déclinaisons du même produit ou service.

Un exemple classique serait une personne qui entrerait dans un magasin d’électroménagers avec l’intention d’acheter un réfrigérateur moyen de gamme et en ressortirait avec un frigo haut de gamme en inox, avec machine à glace et distributeur d’eau intégré.

À titre d’exemple, dans l’associatif ou l’événementiel, ça s’illustre par des partenaires ou des commanditaires qui ont un premier intérêt pour une offre de base et qui après négociations concluent un partenariat hautement plus important.

Les questions qui se posent : comment bonifier une offre pour que les profits soient au rendez-vous et de quelle façon augmenter le panier d’achats moyen d’un annonceur ?upselling_crossselling

Soyez conscient de vos structures de coûts : en ajoutant des éléments de valeur qui vous coûtent peu, vous pourrez facilement bonifier vos propositions.

Soyez en lien avec les objectifs d’affaires : plus votre proposition de partenariat répondra à leurs besoins, plus ils seront acheteurs. Chaque option qui les rapprochera d’atteindre leurs objectifs d’affaires deviendra alléchante

Finalement, connaissez votre offre : au-delà des produits de base, quels sont les produits/services que vous pouvez offrir qui viendront bonifier l’offre de base. Quels sont les éléments de personnalisation possibles et comment vous pouvez devenir indispensables aux yeux du partenaire.

En résumé, dans une grande proportion des organisations il y a des revenus disponibles qui sont insoupçonnés par manque de connaissance. Il est impressionnant de voir combien de nouveaux dollars on peut aller chercher avec notre clientèle actuelle. Il faut être créatif et bien connaître les dossiers.

Laissez-nous vous aider à aller chercher ces sommes disponibles, mais insoupçonnées …

Avez-vous besoin d’aide pour augmenter vos revenus pour votre projet ou votre organisation ?

Nous vous invitons à suivre une de nos formations/conférences : -Page de nos formations

Conférence vidéo : Avez-vous ce qu’il faut pour obtenir des commandites ?

Nous vous invitons à télécharger un de nos livres électroniques :

 

Voyage vers une activation de commandite parfaite

– La commandite à l’ère du web – La commandite dans un contexte de B2B

Nous sommes aussi en mesure de vous supporter avec une série de services adaptés à vos réalités :

 

Support dans la démarche de recherche de commandites

Session de coaching

Formation sur mesure

Nous vous offrons gratuitement une série d’outils utiles à la recherche de commandite Outil de diagnostic de revenus pour les OBNL

Liste de l’inventaire de l’offre

L’index du plan de commandite efficace

Liste de 140 catégories de commanditaires potentiels

Nous vous invitons à nous contacter si vous avez des questions sur nos solutions : -Liste de services

info@leconciergemarketing.com

514.887.4506